ULiège

Retrouvez ci-dessous les coordonnées et la présentation des membres du gerDA affiliés à l’ULiège:


Maxime de Brogniez

Après un master en droit à l’Université de Liège et un mémoire consacré aux rapports qu’entretiennent droit d’auteur, art contemporain et théories esthétiques, Maxime de Brogniez entreprend de parfaire sa formation avec un master en philosophie (orientation esthétique et philosophie de l’art) dans la même université. Il est assistant-chercheur à l’Université de Liège depuis 2015 (service de droit public économique, Pr. A.L. Durviaux). Dans ce cadre, il s’intéresse particulièrement aux liens entre philosophie et droit, notamment via la question de l’artification.

En octobre 2018, il a entamé une recherche doctorale consacrée au rôle du droit dans les processus de définition et de mutation ontologique des oeuvres d’art.


François Desseilles

François Desseilles s’est spécialisé en droit du patrimoine culturel à l’Université Paris-Sud XI (2011) après avoir obtenu un master 2 en droit (2009) ainsi que l’équivalent au bachelier en histoire (2010) à l’Université de Liège (ULiège, Belgique). Il est également diplômé en analyse paysagère (Université de Namur, 2014).

À Paris, il a travaillé au Centre des Monuments Nationaux et au Musée du Louvre, puis a effectué, au sein du CECOJI-CNRS (Centre d’Études sur la COopération Juridique Internationale-Centre national de la recherche scientifique), une étude sur la  propriété des collections et les saisies révolutionnaires commandée par le Service des Musées de France du Ministère de la Culture et de la Communication.

Il a ensuite travaillé comme consultant pour le Ministère de la Culture du Grand-Duché de Luxembourg sur une étude approfondie relative à la protection du patrimoine culturel tant dans ce pays que dans un certain nombre de pays étrangers, cette étude a abouti à toute une série de recommandations et lignes directrices quant à la rédaction d’un avant-projet de loi.

Il a été assistant volontaire à la Faculté de droit de l’ULiège dans l’Unité de droit économique et de théorie du droit, (séminaire « droit et culture ») du Pr Nicolas Thirion et collaborateur scientifique à l’Université de Namur (département de psychologie).

Il est actuellement responsable scientifique pour le droit et la criminologie à la Bibliothèque Léon Graulich (Réseau des Bibliothèques) de l’ULiège ainsi que maître de conférences et collaborateur scientifique à la Faculté de Droit, Science politique et Criminologie de la même institution. Il est également correspondant étranger du groupe de recherche « Droit, Patrimoine et Culture » émanant de l’Institut des Sciences sociales du Politique (École normale supérieure de Cachan).

Ses recherches portent principalement sur le droit du patrimoine culturel et la documentation juridique.


David Pasteger

Précédemment avocat au Barreau de Liège et assistant au sein des services de théorie du droit et de droit économique de la même Université, il est l’auteur de diverses publications en matière de droit des entreprises en difficulté, droit commercial et droit des sociétés, mais il a également consacré plusieurs textes au domaine de la théorie du droit. Avec le Pr Nicolas Thirion, il a récemment développé un intérêt particulier pour le champ de recherche Law and Film.

David Pasteger est actuellement collaborateur scientifique au sein de la Faculté de droit de l’Université de Liège et substitut du Procureur du Roi de Liège, affecté à la section de lutte contre la criminalité économique et financière.

Parmi leurs publications communes, « L’affaire Jean-Claude Romand. Entre vérité et mensonge, réalité et fiction » (avec Magalie Flores-Lonjou) in Lionel Miniato et Emeline Jouve (dir.), Chronique judiciaire et fictionnalisation du procès. Discours, récits et représentations, Paris, Mare et Martin, 2017, pp. 157-180, « Les frontières du droit à l’épreuve des films de mafias », in Magalie Flores-Lonjou, Estelle Epinoux et Vincent Lefebve (dir.), Frontière(s) au cinéma. Actes des septièmes rencontres Droit et Cinéma de La Rochelle, Paris, Mare et Martin, à paraître, et « Justice révolutionnaire versus justice d’État – La représentation des années de plomb dans le cinéma italien », Actes du Colloque « Arrêts sur images – Les représentations du juge à l’écran » (13-14 mars 2015 – ULB), à paraître.

Il est également membre du Comité de rédaction de la section insolvabilité de la Revue de droit commercial (R.D.C.-T.H.B.).


Alexandre Pintiaux

Alexandre Pintiaux est avocat au barreau de Bruxelles au sein du cabinet Kaléïs. Il concentre ses activités professionnelles sur le droit des arts et les industries culturelles et créatives en général. Du fait des spécificités du secteur, il applique une vision transversale des branches du droit : droits d’auteur, fiscalité, droit des marques, problématiques liées à l’authenticité, droit des contrats, droit pénal appliqué à la culture (street art, recel,…), exportations d’œuvres, ventes internationales d’œuvres et d’antiquités, gestion patrimoniale, ASBL et fondations, statut de l’artiste, etc.

Depuis 2017, Alexandre Pintiaux enseigne à l’Université Libre de Bruxelles un cours de droit appliqué au champ culturel dans le cadre du master en gestion culturelle au sein de la faculté de philosophie et sciences sociales.

Il anime également régulièrement des conférences et participe à la recherche en droit de l’art au sein de l’ULB et l’ULiège.

Auteur de l’ouvrage L’art et le droit en Belgique retraçant le parcours d’une œuvre d’art d’un point de vue juridique et d’un chapitre dans l’ouvrage Patrimoine et œuvre d’art publié chez Larcier, il tient également une chronique dans le supplément MAD du journal Le Soir et un blog (Art & Law).


Quentin Pironnet

Quentin Pironnet est, depuis octobre 2015, chercheur et enseignant en droit public et constitutionnel à la Faculté de Droit, de Science politique et de Criminologie de l’Université de Liège. Diplômé d’un master à finalité spécialisée en droit public et administratif, il a, au cours de sa dernière année de master, effectué un stage à la Cour constitutionnelle. Il a également été avocat, de 2015 à 2017, au sein du Cabinet Taquet, Clesse & van Eeckhoutte.

Dans la foulée de son travail de fin d’études de master en droit, Quentin Pironnet s’est intéressé aux rapports qu’entretiennent la culture populaire et le discours juridique. Il publie fin 2016 un article intitulé « Droit et dystopies », dans lequel il analyse l’utilisation de cette forme littéraire particulière dans la rhétorique politico-juridique et met au jour un argument « ad dystopiam ». En avril 2019, Quentin Pironnet continue de s’intéresser à la culture de masse en analysant les structures juridiques et de pouvoir à l’œuvre dans l’arc cinématographique du Marvel Universe de 2008 à 2018.


Nicolas Thirion

Professeur ordinaire à la Faculté de droit, de science politique et de criminologie de l’Université de Liège, Nicolas Thirion a obtenu en 2001 le titre de docteur en droit de la même institution avec la plus grande distinction et les félicitations du jury. Sa thèse de doctorat est parue en 2002 conjointement aux éditions Bruylant (Bruxelles) et L.G.D.J. (Paris) sous le titre Les privatisations d’entreprises publiques dans une économie sociale de marché : aspects juridiques.

Nommé chargé de cours à la Faculté de droit, de science politique et de criminologie de l’Université de Liège depuis le 1er octobre 2004, il enseigne principalement les cours de droit économique et de théorie du droit. Membre du comité de rédaction de la Revue pratique des sociétés – Tijdschrift voor Rechtspersoon en Vennootschap (RPS-TRV), du Journal des Tribunaux et de la revue en ligne de philosophie politique Dissensus, il est également membre du conseil scientifique de la Revue interdisciplinaire d’études juridiques, administrateur de l’Association Internationale de Droit Economique et co-président de la Commission Royale Droit et Vie des Affaires. Nicolas Thirion est l’auteur de nombreuses publications, principalement en droit économique, mais aussi dans le domaine de la théorie du droit. Il développe également une réflexion plus large dans le domaine des interactions entre le droit et l’art, à travers des contributions relevant des mouvements « Droit et cinéma » et « Droit et littérature ».


Antoine Vandenbulke

Antoine Vandenbulke, diplômé en droit et en sciences de gestion, mène actuellement une recherche doctorale sous la direction du professeur Nicolas Thirion à l’Université de Liège, laquelle consiste en l’étude comparée des aspects juridiques du financement des arts de la scène en Belgique, en France et aux États-Unis. Dans le cadre de cette recherche, il a séjourné en tant que chercheur invité à l’Université Paris 2-Panthéon Assas et à la Columbia University in the City of New York.

Il a également travaillé en tant que juriste et chargé de production dans l’industrie cinématographique.