Mise en avant

Rencontres annuelles « Droit et art » du 9 mai 2019 : approfondissement d’une démarche collective

Les rencontres annuelles « Droit et art », organisées par le groupe d’étude et de recherche Droit et Art (GerDA) de la Faculté de droit, de science politique et de criminologie de l’Université de Liège, se sont déroulées ce jeudi 9 mai 2019. Les étudiants inscrits aux séminaires « Théorie du droit : questions spéciales » et « Droit et art » ont successivement présenté leurs travaux, chaque partie de la journée étant clôturée par un exposé magistral. La journée s’est conclue par la présentation de l’ouvrage Frontière(s) au cinéma (Paris, Mare et Martin, 2019), co-dirigé par Estelle Espinoux, Vincent Lefebve et Magalie Flores-Lonjou.

Droit et cinéma : les ruptures des systèmes politico-juridiques

La matinée était consacrée aux exposés des étudiants inscrits au séminaire de « Théorie du droit : questions spéciales », portant cette année sur la thématique « Droit et cinéma ». Chaque étudiant avait pour mission d’analyser un cas de rupture brutale d’un système politico-juridique en confrontant une œuvre cinématographique de son choix à un ouvrage ou une partie d’ouvrage relevant de la théorie générale du droit.

En commençant par l’Antiquité, M. Cyrille Melon, qui avait choisi d’analyser une œuvre télévisuelle et non cinématographique, en l’occurrence le documentaire Dionysos, l’étranger dans la ville (François Busnel), a ouvert le feu avec la notion de transgression et son rôle dans l’évolution du droit.

Passant ensuite à la Révolution française, Mme Ilenia Vandorpe a illustré la théorie de Lucien François sur les révolutions par le récent film de Pierre Schoeller, Un peuple et son roi. Mme Elisa Schils s’est quant à elle interrogée sur le concept de « dictature souveraine » de Carl Schmitt à la lumière du film Danton d’Andrzej Wajda.

Mme Chloé Anzalone nous a ensuite ramenés au début du xxe s siècle, dans une Irlande divisée, pour nous proposer d’illustrer la notion de politique chez Carl Schmitt, concrétisée par l’opposition « ami / ennemi », à travers le film du réalisateur britannique Ken Loach, Le vent se lève.

Nous transportant dans le régime de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale, M. Richard Masquelier s’est alors penché sur la question de la justice d’exception dans Section spéciale de Costa-Gavras, en comparant la juridiction d’exception pétainiste présentée dans le film et la Cour de sûreté de l’État de facture gaulliste.

Enfin, les années de plomb en Italie ont conclu ce périple. M. Basile Lantair a étudié plus généralement le contexte politico-juridique de cette époque, en particulier les dispositifs d’exception mis en place pour lutter contre la subversion, grâce à Cadavres exquis de Francesco Rosi.

La matinée fut clôturée par un exposé magistral de la professeure Magalie Flores-Lonjou, de l’Université de La Rochelle, sur la représentation cinématographique de la place des femmes dans l’exercice du pouvoir politique.

Droit de l’art

Alors que la matinée fut principalement consacrée à la question de la représentation du droit dans l’art, l’après-midi fut dédiée aux présentations des étudiants inscrits au séminaire « Droit et art » ; or ces travaux portaient sur des problématiques juridiques inextricablement liées aux phénomènes artistiques et relevaient donc davantage du droit de l’art.

M. Olivier Monjoie et Mme Gara San Juan Kasperek se sont penchés de manière synchronisée sur l’épineuse question du statut d’artiste. Alors que M. Monjoie a souligné les difficultés pratiques rencontrées par les artistes belges, l’inadéquation de certaines règles à leur pratique et l’abus dont elles peuvent faire l’objet, Mme San Juan Kasperek a élargi le panorama en exposant la position européenne sur la question pour ensuite comparer les systèmes français et espagnol. Dans un second temps, M. Christophe Piacenza a abordé la problématique de la restitution des œuvres d’art spoliées lors du IIIe Reich, se focalisant sur les obstacles juridiques à une telle restitution, en particulier en droits suisse et américain.

M. Quentin Pironnet, assistant à l’ULiège, a poursuivi par un exposé magistral consacré à l’appréhension du droit dans l’univers des super-héros Marvel, en pointant l’importance du « surhomme » face à un État sans cesse diminué.

MM. François Desseilles et Antoine Vandenbulke ont clôturé l’après-midi par une brève présentation du site internet du gerDA (https://gerda.hypotheses.org) et de ses fonctionnalités.

Entretien autour de l’ouvrage Frontière(s) au cinéma

La journée a pris fin à l’espace ULiège/Opéra, pour une présentation de l’ouvrage tout récemment paru dont la professeure Flores-Lonjou a assuré la co-direction : Frontière(s) et Cinéma. Cette présentation était organisée en collaboration avec la Maison des Sciences de l’Homme. A cette occasion, MM. Nicolas Thirion et Quentin Pironnet ont interrogé Mme Flores-Lonjou, qui a ainsi pu expliquer, entre autres, les motivations qui l’ont amenée à privilégier un tel objet de recherche, les raisons – plus encore d’actualité – qui l’ont conduite à choisir le thème des « frontières » au cinéma et, enfin, les défis que pose, au regard des pratiques éditoriales traditionnelles, la sortie d’un ouvrage consacré à un tel thème de recherche.

En permettant d’aborder des questions relevant aussi bien du droit de l’art que du droit dans l’art, en offrant à de jeunes étudiants la possibilité de présenter publiquement le fruit de leurs recherches et en rapprochant les générations actives au sein de l’Université (étudiants donc, mais aussi jeunes chercheurs et enseignants plus aguerris), l’édition 2019 des Rencontres annuelles « Droit et Art » a ainsi mis en lumière quelques lignes de force qui portent le projet du gerDA : importance de l’interdisciplinarité, enrichissement d’une démarche scientifique collective, confiance dans la jeune génération. Rendez-vous est déjà pris pour l’édition 2020.

Libération de Jean-Claude Romand, l’assassin qui avait fait de sa vie un roman

Jean-Claude Romand est désormais libre : https://www.lemonde.fr/…/jean-claude-romand-est-sorti-de-pr…

Deux membres du gerDA, Nicolas Thirion et David Pasteger, s’étaient intéressés en 2017 aux transpositions littéraires et cinématographiques de son crime, en compagnie de Magalie Flores Lonjou (Université de La Rochelle, membre correspondant du gerDA) : https://orbi.uliege.be/handle/2268/207724

Parution de “Frontière(s) au cinéma”, Actes des VIIèmes Rencontres Droit et Cinéma de l’Université de la Rochelle

L’ouvrage Frontière(s) au cinéma vient de paraître aux éditions Mare et Martin: http://www.mareetmartin.com/livre/frontiere-s-au-cinema

Au menu notamment: une publication sur les frontières du droit à l’épreuve des films de mafias, par deux membres du gerDA, Nicolas Thirion et David Pasteger.

Pour rappel, Magalie Flores-Lonjou présentera l’ouvrage le 9 mai prochain à 18h30 à l’Espace ULiège-Opéra. Invitation cordiale à tous!

“Notre-Dame de Paris : le mécénat, un accusé trop facile”

Une contribution d’Antoine Vandenbulke, membre du gerDA, publiée tant en France sur le site Internet du journal Les Echos qu’en Belgique sur le site Internet du journal La Libre, revient sur la réaction d’une partie de l’opinion publique à l’égard des offres spontanées de la part de mécènes privés suite à l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Au lendemain de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame, la mobilisation spectaculaire de fonds et de moyens pour sa reconstruction contraste avec le sentiment d’impuissance qui dominait face aux flammes inépuisables. Avant même que le feu ne soit éteint, les plus grandes fortunes et groupes industriels français se sont successivement engagés à donner des montants considérables pour sa remise sur pied (100 millions pour la famille Pinault, 200 millions par la famille Arnault, 200 millions pour la famille Bettencourt, 100 millions pour le groupe Total, etc.). Aujourd’hui, près d’un milliard d’euros de dons ont été annoncés et une souscription nationale devrait être mise en place.

Or, cet engouement n’a pas engendré qu’enthousiasme et reconnaissance ; il a même suscité la critique. Certains dénoncent l’opportunisme des mécènes “intéressés”, tandis que d’autres déplorent l’absence de considérations pour “les misérables”. Bref, cette course aux dons a pu paraître suspecte pour certains et révélatrice des dysfonctionnements de notre société pour d’autres.

Un rapport ambigu

En fait, cet événement et les réactions qu’il suscite soulignent le rapport ambigu qu’entretient la France avec le mécénat. Le modèle français se caractérise en effet par le rôle prépondérant de l’État dans la définition de l’intérêt commun et de sa prise en charge. Pour différentes raisons historiques, voire religieuses, la philanthropie n’a jamais connu le même succès que dans les États anglo-saxons, en particulier les États-Unis. Face à l’effritement (ou la stagnation) de l’État-providence toutefois, le mécénat apparaît de plus en plus comme la panacée pour suppléer les fonds publics et les ressources provenant du marché.

Le législateur français a, depuis 1987 essentiellement (par l’adoption de la loi Léotard), décidé d’encourager fiscalement cette pratique. L’avantage fiscal, rendu plus intéressant encore par la loi Aillagon de 2003, consiste en une réduction d’impôt de 66 % du montant du don pour les particuliers (réduction pouvant aller jusqu’à 75 % lorsque le contribuable est assujetti à l’impôt sur la fortune immobilière) et de 60 % pour les entreprises. Ceci signifie que, lorsqu’un mécène réalise un don, l’État prend en charge une partie majoritaire de son montant.

Décentralisation de la prise de décisions

Dans cette perspective, les dons privés sont en partie supportés par la collectivité. L’avantage fiscal représente en effet un manque à gagner pour l’État (on parle, dans le jargon juridico-économique, de “dépense fiscale”), qui se prive alors volontairement de certaines ressources financières. A contrario, les donateurs disposent du pouvoir d’orienter les fonds publics vers les œuvres qu’ils souhaitent soutenir. En définitive, ce système aboutit à une décentralisation de la prise de décisions, où la discrétion individuelle prime sur celle de la majorité. Cependant, le poids de chacun ne dépend plus de sa qualité de citoyen (par principe égale à celle de tout autre), mais de sa capacité contributive (par définition tributaire de l’état de fortune). Si ce système tend à confier le financement de l’intérêt général à la “société civile”, plutôt qu’aux décideurs publics, il risque de faire vaciller la démocratie représentative vers une forme de ploutocratie.

Sans pour autant négliger les soubassements idéologiques d’une telle pratique, ne faudrait-il toutefois pas se satisfaire de cet engouement, quelles qu’en soient les réelles motivations, qui contribue à la protection du patrimoine et, plus généralement, à l’intérêt général ? Les critiques portant sur l’opportunisme des mécènes ou sur leur désintérêt relatif à d’autres problèmes sociaux (comme la pauvreté) ne manquent-elles pas leur cible essentielle ? Car, si l’on souhaite une société plus juste et plus égalitaire, c’est une réflexion sur les politiques de l’État et sa fiscalité qui devrait être amorcée plutôt qu’une critique des mécènes.

https://www.lalibre.be/debats/opinions/notre-dame-de-paris-le-mecenat-un-accuse-trop-facile-5cc1d32b7b50a60294633098

“L’affaire Jean-Claude Romand. Entre vérité et mensonge, réalité et fiction”

La demande de libération conditionnelle de Jean-Claude Romand a été acceptée ce jeudi 25 avril 2019 : https://www.lemonde.fr/…/jean-claude-romand-obtient-sa-libe… et cela nous donne l’occasion de vous rappeler une publication de deux membres du gerDA, Nicolas Thirion et David Pasteger réalisée avec Magalie Flores-Lonjou suite à leur communication au colloque “Discours, récits et représentations: chronique judiciaire et fictionnalisation du procès” qui s’est tenu à Toulouse en mars 2016.

Voyez donc “comment s’articulent, dans le cas précis de l’affaire Romand, les vérités du droit et de l’art”…

Les actes de ce colloque ont été publiés chez Mare & Martin dans la collection “Libre Droit”. Retrouvez-en le compte rendu dans la revue Droit et Société.


Retrouvez toutes les publications de notre groupe d’étude et de recherche à l’onglet “Publications”.

Rencontres annuelles 2019

La Faculté de Droit, de Science politique et de Criminologie de l’Université de Liège organise, le 9 mai prochain, l’édition 2019 de ses rencontres annuelles « Droit et Art ».

Au menu :
  • la présentation des travaux des étudiants du séminaire de « Théorie du droit : questions spéciales », consacré cette année aux représentations cinématographiques des ruptures des systèmes politico-juridiques (matinée) ;
  • la présentation des travaux de fin d’études des étudiants inscrits au séminaire Droit et Art (après-midi) et
  • un entretien autour du livre Frontière(s) au cinéma (Paris, Mare et Martin, 2019), co-dirigé par Estelle Espinoux, Magalie Flores-Lonjou et Vincent Lefebve (soirée).

La journée sera entrecoupée de deux conférences magistrales et d’une démonstration du site « Droit et Art », destiné à valoriser la recherche menée dans ce domaine au sein de l’UR Cité.

Bienvenue à tous !

Renseignements et inscription

9 mai 2019. Exèdre Dick Annegarn

Entrée libre mais inscription souhaitée.

Cette manifestation est à l’agenda de l’Unité de recherche Cité.

Programme détaillé

Téléchargeable ici