Les coupes flamandes dans le budget de la culture : la menace d’un double écueil

Une contribution d’Antoine Vandenbulke, membre du gerDA, publiée dans le journal la Libre Belgique du 15 novembre 2019 ainsi que sur son site internet, à propos de l’annonce des coupes dans le budget flamand alloué à la culture par le ministre Jambon.

Le gouvernement flamand a récemment annoncé d’importantes réductions dans le budget alloué à la culture. La note politique du ministre en charge du secteur, M. Jan Jambon, s’ouvrait pourtant de manière favorable en proclamant que « La culture est dans l’ADN des Flamands » (« Cultuur zit in het DNA van de Vlaming »). Elle n’en échappe pas pour autant au couperet des économies budgétaires.

D’un côté, les subventions de projet, généralement destinées aux artistes individuels et aux petites organisations, sont les principales visées puisque leur budget devrait passer de 8,47 millions à 3,39 millions en 2020, soit une diminution de près de 60 p.c. des sommes octroyées. De l’autre, les subventions de fonctionnement, qui soutiennent structurellement les organisations, sont moins lourdement touchées puisque leurs montants devraient être réduits de 6 p.c. Une exception devrait par ailleurs être accordée aux institutions d’art agréées[1], pour lesquels la diminution du montant de leur subvention de fonctionnement devrait se limiter à 3 p.c.

En dépit de ces cures d’amaigrissement, le ministre Jambon insiste néanmoins sur l’importance de soutenir la culture et les artistes flamands sur la scène internationale. C’est la raison pour laquelle les institutions les plus prestigieuses sont en partie épargnées ; des investissements devraient même être engagés dans certaines de leurs infrastructures. Il apparaît toutefois illusoire de concevoir qu’une diminution aussi massive de l’aide aux projets, censée soutenir des œuvres plus diverses et innovantes, n’aura pas un impact à moyen terme sur l’excellence de la culture flamande, y compris son prestige international.

Plus généralement, cette décision et les réactions qu’elle suscite mettent en exergue deux problématiques essentielles relatives au financement public des arts.

D’une part, elles soulignent l’importante et persistante dépendance du secteur vis-à-vis des aides publiques. Les mécanismes traditionnels de marché fondés sur l’interaction de l’offre et la demande ne permettent pas à de nombreuses organisations culturelles de subsister économiquement et les ressources privées alternatives (mécénat, tax shelter) restent trop marginales pour compenser un retrait important du financement public.

D’autre part, la suppression de certaines aides et la volonté d’orienter les fonds vers une certaine forme de culture alimentent la crainte d’une dérive vers un art officiel, difficilement admissible dans une démocratie libérale. Le financement public des arts repose en effet sur un équilibre fragile entre la poursuite de certaines fins politiques (y compris le développement d’une culture « nationale ») et le nécessaire devoir de réserve des autorités publiques dans la programmation artistique des opérateurs subventionnés. Dans le meilleur des mondes possibles, l’art doit être financé mais il doit rester libre.

Or, en réduisant drastiquement les ressources budgétaires, le nouveau gouvernement flamand risque non seulement de mettre en danger la viabilité et la pérennité d’une partie du secteur, mais dispose en outre d’une marge de manœuvre plus importante dans la sélection des projets proposés (compte tenu de la manne financière restreinte, un nombre plus réduit de projets seront sélectionnés et, par voie de conséquence, un nombre plus important de projets – le cas échéant plus dérangeants pour le pouvoir politique – en seront exclus). Ce n’est donc pas seulement la menace du naufrage qui pèse sur le monde culturel flamand, c’est aussi celle qu’une certaine culture, plus servile à l’égard du pouvoir politique en place, soit subrepticement imposée au détriment du pluralisme et de la diversité.


[1] C’est-à-dire le Kunsthuis, l’Antwerp Symphony Orchestra, le Brussels Philharmonic, le centre culturel deSingel, l’Ancienne Belgique, le Kunstencentrum Vooruit et le Concertgebouw de Bruges.

Rencontres annuelles « Droit et art » du 9 mai 2019 : approfondissement d’une démarche collective

Les rencontres annuelles « Droit et art », organisées par le groupe d’étude et de recherche Droit et Art (GerDA) de la Faculté de droit, de science politique et de criminologie de l’Université de Liège, se sont déroulées ce jeudi 9 mai 2019. Les étudiants inscrits aux séminaires « Théorie du droit : questions spéciales » et « Droit et art » ont successivement présenté leurs travaux, chaque partie de la journée étant clôturée par un exposé magistral. La journée s’est conclue par la présentation de l’ouvrage Frontière(s) au cinéma (Paris, Mare et Martin, 2019), co-dirigé par Estelle Espinoux, Vincent Lefebve et Magalie Flores-Lonjou.

Droit et cinéma : les ruptures des systèmes politico-juridiques

La matinée était consacrée aux exposés des étudiants inscrits au séminaire de « Théorie du droit : questions spéciales », portant cette année sur la thématique « Droit et cinéma ». Chaque étudiant avait pour mission d’analyser un cas de rupture brutale d’un système politico-juridique en confrontant une œuvre cinématographique de son choix à un ouvrage ou une partie d’ouvrage relevant de la théorie générale du droit.

En commençant par l’Antiquité, M. Cyrille Melon, qui avait choisi d’analyser une œuvre télévisuelle et non cinématographique, en l’occurrence le documentaire Dionysos, l’étranger dans la ville (François Busnel), a ouvert le feu avec la notion de transgression et son rôle dans l’évolution du droit.

Passant ensuite à la Révolution française, Mme Ilenia Vandorpe a illustré la théorie de Lucien François sur les révolutions par le récent film de Pierre Schoeller, Un peuple et son roi. Mme Elisa Schils s’est quant à elle interrogée sur le concept de « dictature souveraine » de Carl Schmitt à la lumière du film Danton d’Andrzej Wajda.

Mme Chloé Anzalone nous a ensuite ramenés au début du xxe s siècle, dans une Irlande divisée, pour nous proposer d’illustrer la notion de politique chez Carl Schmitt, concrétisée par l’opposition « ami / ennemi », à travers le film du réalisateur britannique Ken Loach, Le vent se lève.

Nous transportant dans le régime de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale, M. Richard Masquelier s’est alors penché sur la question de la justice d’exception dans Section spéciale de Costa-Gavras, en comparant la juridiction d’exception pétainiste présentée dans le film et la Cour de sûreté de l’État de facture gaulliste.

Enfin, les années de plomb en Italie ont conclu ce périple. M. Basile Lantair a étudié plus généralement le contexte politico-juridique de cette époque, en particulier les dispositifs d’exception mis en place pour lutter contre la subversion, grâce à Cadavres exquis de Francesco Rosi.

La matinée fut clôturée par un exposé magistral de la professeure Magalie Flores-Lonjou, de l’Université de La Rochelle, sur la représentation cinématographique de la place des femmes dans l’exercice du pouvoir politique.

Droit de l’art

Alors que la matinée fut principalement consacrée à la question de la représentation du droit dans l’art, l’après-midi fut dédiée aux présentations des étudiants inscrits au séminaire « Droit et art » ; or ces travaux portaient sur des problématiques juridiques inextricablement liées aux phénomènes artistiques et relevaient donc davantage du droit de l’art.

M. Olivier Monjoie et Mme Gara San Juan Kasperek se sont penchés de manière synchronisée sur l’épineuse question du statut d’artiste. Alors que M. Monjoie a souligné les difficultés pratiques rencontrées par les artistes belges, l’inadéquation de certaines règles à leur pratique et l’abus dont elles peuvent faire l’objet, Mme San Juan Kasperek a élargi le panorama en exposant la position européenne sur la question pour ensuite comparer les systèmes français et espagnol. Dans un second temps, M. Christophe Piacenza a abordé la problématique de la restitution des œuvres d’art spoliées lors du IIIe Reich, se focalisant sur les obstacles juridiques à une telle restitution, en particulier en droits suisse et américain.

M. Quentin Pironnet, assistant à l’ULiège, a poursuivi par un exposé magistral consacré à l’appréhension du droit dans l’univers des super-héros Marvel, en pointant l’importance du « surhomme » face à un État sans cesse diminué.

MM. François Desseilles et Antoine Vandenbulke ont clôturé l’après-midi par une brève présentation du site internet du gerDA (https://gerda.hypotheses.org) et de ses fonctionnalités.

Entretien autour de l’ouvrage Frontière(s) au cinéma

La journée a pris fin à l’espace ULiège/Opéra, pour une présentation de l’ouvrage tout récemment paru dont la professeure Flores-Lonjou a assuré la co-direction : Frontière(s) et Cinéma. Cette présentation était organisée en collaboration avec la Maison des Sciences de l’Homme. A cette occasion, MM. Nicolas Thirion et Quentin Pironnet ont interrogé Mme Flores-Lonjou, qui a ainsi pu expliquer, entre autres, les motivations qui l’ont amenée à privilégier un tel objet de recherche, les raisons – plus encore d’actualité – qui l’ont conduite à choisir le thème des « frontières » au cinéma et, enfin, les défis que pose, au regard des pratiques éditoriales traditionnelles, la sortie d’un ouvrage consacré à un tel thème de recherche.

En permettant d’aborder des questions relevant aussi bien du droit de l’art que du droit dans l’art, en offrant à de jeunes étudiants la possibilité de présenter publiquement le fruit de leurs recherches et en rapprochant les générations actives au sein de l’Université (étudiants donc, mais aussi jeunes chercheurs et enseignants plus aguerris), l’édition 2019 des Rencontres annuelles « Droit et Art » a ainsi mis en lumière quelques lignes de force qui portent le projet du gerDA : importance de l’interdisciplinarité, enrichissement d’une démarche scientifique collective, confiance dans la jeune génération. Rendez-vous est déjà pris pour l’édition 2020.