À propos

« Droit et Art » est le carnet de recherche du groupe d’étude et de recherche Droit et Art (en abrégé, gerDA) de la Faculté de droit, de science politique et de criminologie de l’Université de Liège.

Le gerDA poursuit trois objectifs :

  • organiser un espace de production scientifique de haute qualité dans le domaine du droit de l’art ;
  • mettre en place un groupe ouvert à l’interdisciplinarité en vue de traiter plus complètement les questions juridiques pertinentes et de les situer dans le contexte extra-juridique où elles s’inscrivent ;
  • créer un lieu de rencontre entre le monde académique et celui de l’art et des artistes, en vue d’en retirer des enrichissements réciproques.

« Droit et Art » est le carnet de recherche du groupe d’étude et de recherche Droit et Art

Le champ de recherche du groupe s’inscrit dans une double démarche de droit positif et de théorie du droit à travers l’étude spécifique des interactions entre le droit et les activités artistiques.

De premières productions scientifiques ont ainsi été réalisées ces dernières années, qui concernent à la fois l’analyse de certains aspects juridiques relatifs aux activités culturelles, singulièrement dans leur dimension économique (notamment en ce qui concerne la régulation de l’audiovisuel et le régime de tax shelter en vue de stimuler l’investissement dans le secteur cinématographique – témoignages du caractère décidément « spécifique » de certaines activités culturelles, appelant de ce fait un régime juridique particulier) et l’étude des représentations du phénomène juridique ou de certaines de ses caractéristiques dans la littérature et au cinéma.

Le champ de recherche du gerDA s’inscrit dans une double démarche de droit positif et de théorie du droit à travers l’étude spécifique des interactions entre le droit et les activités artistiques.

Ces travaux participent donc tantôt d’une démarche de droit positif, tantôt d’une approche davantage métajuridique. Toutefois, l’intérêt de la thématique « droit et art » consiste, précisément, à favoriser, à propos d’une question donnée, une meilleure articulation entre ces deux perspectives. Ainsi, la question de la pertinence des limites de la liberté d’expression artistique posées par la Cour européenne des droits de l’homme (droit positif) peut être étudiée à la lumière de l’histoire politique et de celle des idées (approche métajuridique). De même, l’analyse de certaines productions cinématographiques permet de jeter une lumière crue sur les techniques de pouvoir à l’œuvre dans les pratiques juridiques.

Les travaux du gerDA participent tantôt d’une démarche de droit positif, tantôt d’une approche davantage métajuridique.

Ce faisant, les recherches menées au sein du gerDA s’adressent non seulement aux juristes mais aussi à tous ceux qui s’intéressent aux représentations du droit dans l’art et à leurs significations possibles (par exemple, dans le domaine des sciences sociales, de l’histoire – en particulier, de l’histoire de l’art -, des lettres et des études cinématographiques).

Afin d’intensifier les recherches dans ce domaine, le gerDA se propose de développer, en Communauté française de Belgique, une activité de recherche encore inédite en la matière, quant à son ampleur et à son originalité.